C’est un comportement généralement attribué aux chiens, pourtant un chat qui bave, ça arrive aussi ! Dans certains cas, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Dans d’autres, cela peut être le symptôme d’un mal plus sérieux. De nombreux facteurs entrent en compte pour déterminer la gravité de la situation : nature de la salive, moment auquel votre animal bave, etc. Alors, comment savoir quand il est temps de consulter un vétérinaire ? On fait le point sur l’hypersalivation chez le chat.

À partir de quand peut-on parler d’hypersalivation ?

L’hypersalivation, aussi appelée ptyalisme, survient quand de la bave sort en grande quantité de la gueule de votre félin. Dans ce cas, il y a deux possibilités :

  • soit votre animal de compagnie produit de la salive en excès,
  • soit il ne parvient pas à avaler suffisamment pour évacuer la salive qu’il a dans la bouche.

La bave peut avoir divers aspects allant du mousseux au visqueux. Généralement, elle sort blanche ou transparente, voire rosée quand elle est mélangée au sang. Chez les chats, le phénomène de ptyalisme est peu connu et a tendance à inquiéter les propriétaires. Alors que dans certains cas, la bave n’est que la réponse à une émotion que vit votre minou !

hypersalivation chez le chat

Les causes non préoccupantes

Comme tous les mammifères, les chats sont des animaux sensibles. Ils sont capables de ressentir toute une gamme d’émotions allant de la tristesse à la joie, en passant par l’anxiété et la colère. À l’image des êtres humains, chaque félin a sa façon d’exprimer ses sentiments. Pour certains, cela se manifeste par une hypersalivation. Les émotions qui peuvent susciter ce genre de comportement sont multiples :

  • Le plaisir : si votre minet bave uniquement quand vous le caressez, ne cherchez pas plus loin, c’est qu’il est heureux ! Il pourrait même ronronner en même temps que ça n’aurait rien d’inquiétant. Il est aussi possible qu’il salive en reniflant de l’herbe à chat cataire (menthe à chat). Celle-ci contient une substance euphorisante qui lui procure du plaisir pendant quelques instants.
  • L’excitation : quand vient l’heure de recevoir une friandise, comme le chien, le chat peut se montrer exalté … et baver ! Dans tous les cas où le ptyalisme est lié à une émotion, il est passager. Ici, il disparaît dès que la source de l’excitation s’est volatilisée. Un félin peut aussi être très enthousiaste au moment de la chasse. Par exemple, il peut se mettre à baver alors qu’il observe un insecte voler au plafond.
  • Le stress : certaines situations peuvent être particulièrement anxiogènes pour nos boules de poils. Une visite chez le vétérinaire, un déplacement en voiture ou même un bruit inhabituel peuvent être la source de grands stress. Dans ces cas, vous pouvez vous retrouvez face à un chat qui bave. Encore une fois, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Dès que votre félin sera revenu à un état plus paisible, l’hypersalivation cessera. Si votre matou a tendance à angoisser rapidement, sachez qu’il existe une multitude de petites choses à mettre en place pour lui apporter plus de sérénité.

Enfin, un chat peut également baver lorsqu’il dort. Le ptyalisme n’est alors pas causé par une émotion mais bien par un relâchement du corps. La gueule de l’animal, souvent entrouverte dans ce cas-ci, ne permet pas d’avaler toute la salive produite. Rien de dramatique, ça nous arrive à nous aussi !

Les causes pathologiques

Si aucun des éléments ci-dessus ne peut expliquer l’hypersalivation de votre chat, il est probable que ce soit le symptôme d’un problème plus vaste. Pour le bien-être de votre animal, il est alors préférable de consulter un vétérinaire. Lui seul sera à même d’identifier la source du phénomène. Les possibilités sont nombreuses :

  • Votre chat a quelque chose dans la bouche. Au printemps, par exemple, il est possible que votre minou revienne de sa balade avec un épillet dans la gueule. Un épillet est un petit épi qu’on trouve dans les champs et qui est connu pour s’accrocher partout. Il est extrêmement dangereux pour nos amis à quatre pattes. Votre chat pourrait également avoir avalé un objet pointu qui traînait chez vous. Bref, un corps étranger le gène et il salive excessivement en réaction.
  • Il y a un problème dentaire. Les soucis liés à la santé buccale vont souvent de pair avec une salive malodorante et excessive. Citons par exemple la gingivite ou le déchaussement de dent.
  • Votre animal a pris un coup de chaud. S’il est resté longtemps exposé à la chaleur sans avoir accès à l’eau, le chat peut saliver.
  • Votre félin est intoxiqué. Les sources d’intoxications félines sont nombreuses. Il peut s’agir d’une plante toxique comme d’un produit ménager ou un médicament. Généralement, l’excès de salive est accompagné de vomissements et de convulsions.
  • Votre animal est malade. De nombreuses pathologies peuvent expliquer le ptyalisme (tumeur, problème du tube digestif…)

Comme nous vous le disions, les causes sont multiples et cette liste non-exhaustive ne représente qu’une petite partie des raisons qui pourraient expliquer le ptyalisme de votre chat. Seul un vétérinaire pourra poser un diagnostique.

Quelle attitude adopter face à un chat qui bave ?

chat malade qui bave

En tout premier lieu, il faudra observer votre animal. Est-ce qu’il bave quand il dort ? Est-ce qu’il salive dans une situation particulière ? Si vous pouvez relier son hypersalivation à une cause non préoccupante, il n’y pas grand-chose à faire. Éventuellement, vous pouvez veillez à son bien-être en réduisant ses sources de stress.

Au contraire, si vous ne trouvez pas d’explication ou que vous avez identifié une cause pathologique, le premier réflexe est d’appeler un vétérinaire. Avant de vous rendre à son cabinet, recherchez dans vos environs si quelque chose pourrait être la source d’un empoisonnement (une plante, un médicament, un produit ménager, etc.).

Si vous trouvez un élément qui vient confirmer l’hypothèse de l’intoxication, ne donnez pas à boire ou à manger à votre chat. N’essayez pas non plus de le faire vomir sous peine d’aggraver les choses. En revanche, vous pouvez notez le nom de l’éventuelle source d’intoxication pour pouvoir la communiquer au vétérinaire.

Quels sont les traitements ?

Dans la très grande majorité des cas, l’hypersalivation n’est que le symptôme d’une pathologie. C’est la partie émergée de l’iceberg. Le vétérinaire ne cherchera donc pas à l’arrêter. Il essaiera plutôt de comprendre pourquoi il a affaire à un chat qui bave. L’important est de déceler la source du problème et d’y remédier.

Dès que la pathologie sera soignée, votre félin arrêtera naturellement de baver. Seulement, comme nous l’avons vu, le ptyalisme peut avoir de nombreuses origines. Il y a autant de traitements qu’il y a de causes pathologiques. Pour certaines intoxications, on aura recours à des antidotes. Une gingivite, elle, sera plutôt traitée avec des anti-inflammatoires et des antibiotiques. Bref, chaque animal sera soigné différemment en fonction du mal qui l’affecte.

Et vous, vous avez déjà été confronté à un chat qui bave ? Racontez-nous !