Chez le chat, l’asthme est une maladie respiratoire de plus en plus diagnostiquée en médecine vétérinaire. L’asthme chez le chat ressemble de près à l’asthme qui se déclare chez les jeunes êtres humains. Il est causé par une activité spasmodique des bronches, le plus souvent en lien avec une allergie respiratoire ou une prise trop importante de médicaments à base de cortisone. Du coup, ce spasme rétrécit le diamètre des bronches et l’inspiration chez le chat devient problématique. On a le sentiment qu’il s’étouffe, qu’il peine à respirer, il siffle lorsqu’il est assoupi. Si l’asthme chez le chat n’est pas pris en considération rapidement, le pauvre animal va subir de plus en plus de difficultés respiratoires, et peut déclarer une crise asthmatique aigüe, la « fameuse » crise d’asthme qui peut hélas entraîner la mort.

La maladie asthmatique est peu rencontrée chez le chien. Elle est plutôt liée en général à une toux de chenil mal traitée. Quand le chien tousse et qu’il est âgé, on peut aussi penser à l’insuffisance cardiaque.

Symptômes de l’asthme du chat

Les symptômes de l’asthme chez nos amis les chats sont aisés à reconnaître par l’humain qui l’accompagne. On constate d’abord de plus en plus de difficultés à l’inspiration et une expiration plus courte. Dans certains cas la respiration du chat paraît saccadée, sifflante. Parfois, on perçoit que le chat subit des douleurs au niveau du thorax.

Les symptômes asthmatiques du chat peuvent aussi être précédés par une toux sèche, rauque, très fatigante pour le petit félin, une toux qui dure sur quelques jours et se manifeste soit tout au long de la journée, soit par des quintes particulièrement inquiétantes pour l’humain qui vit avec lui. Le chat concerné peut avoir une fièvre, mais pas systématiquement.

En dehors des symptômes de la toux, le chat continue de se nourrir et de vaquer à ses occupations. Il est rare qu’il soit prostré entre deux quintes de toux : si cela arrive, il faut le conduire d’urgence chez son vétérinaire. Il peut alors faire une décompensation cardiaque.

Comment procède le vétérinaire en cas de suspicion d’asthme chez le chat ?

En tout premier lieu, le vétérinaire procède, chez le chat, à un examen radiologique pour observer l’anatomie des poumons. C’est la meilleure méthode pour diagnostiquer l’asthme dans l’espèce féline. Si les poumons retiennent trop d’air, le vétérinaire est susceptible de parler d’emphysème.

Ensuite, souvent en parallèle, le vétérinaire fait une prise de sang, notamment pour connaître le taux de globules blancs (polynucléaires éosinophiles) chez le chat, car dans le cas de la maladie asthmatique, ce taux présente une nette augmentation. Cela témoigne de l’origine allergique de la maladie asthmatique de votre ami félin.

Traitement naturel de l’asthme félin

Remarque : Avant le traitement, un diagnostic positif doit être posé par un professionnel qualifié pour éviter de confondre les symptômes avec ceux des vers du cœur ou d’autres affections. Votre chat peut avoir besoin de médicaments en plus du traitement naturel et du soutien alimentaire. Assurez-vous que votre vétérinaire est au courant de tout traitement naturel administré pour éviter les interactions médicamenteuses négatives.

Le traitement naturel de l’asthme chez les chats s’attaque généralement à l’inflammation et apporte un soutien au système immunitaire. Le traitement ressemble souvent de près aux remèdes contre les allergies, puisque les allergies sont le plus souvent la cause des crises d’asthme chez les chats.

Le traitement principal de la maladie bronchique féline chez le chat se concentre généralement sur les acides gras oméga 3 (EPA et DHA) afin de contrôler l’inflammation. Lorsque l’alimentation est enrichie en acides gras Oméga 3, elle augmente la production d’eicosanoïdes non inflammatoires pour réguler la production d’eicosanoïdes inflammatoires au niveau cellulaire.

Aliments naturels anti-inflammatoires pour chats

  • Poissons gras (tels que le saumon rouge, les sardines, les truites ou les anchois pour les Oméga 3)
  • Krill lyophilisé (Oméga 3 et une foule d’autres bienfaits qui favorisent la guérison, ainsi que le soutien de tous les systèmes du corps)
  • Concombre de mer (Oméga 3)
  • Moule à lèvres vertes (Oméga 3 et autres propriétés anti-inflammatoires)
  • Les algues marines ont des propriétés de soutien immunitaire et anti-inflammatoires, en plus de servir de supplément naturel de nutriments anti-inflammatoires tels que les vitamines A, E et le sélénium. Les algues rouges et brunes sont fréquemment recommandées par les médecins holistiques pour l’asthme. Les algues marines sont pauvres en glucides et ne présentent pas de problèmes de cellulose, ce qui les rend beaucoup plus digestes pour les chats que les légumes terrestres.

Comment soigner l’asthme de mon chat grâce aux médecines naturelles ?

La première démarche est de chercher quelles sont les substances de l’environnement du chat qui le rendent allergiques, ou s’il a reçu des médicaments à base de cortisone dans les jours ou semaines qui ont précédé. Pour cela, le vétérinaire propose souvent une prise de sang plus complète, avec le dosage des anticorps entre autres, et peut faire au chat des tests allergiques.

De son côté l’humain nous pose souvent le même type de questions : « où chercher les potentiels allergènes de mon chat ? » et « comment faire en sorte de diminuer leur présence ? ». Lorsque nous faisons ensemble le point après le diagnostic vétérinaire, on passe tout en revue : les vaporisateurs, les sprays, les bombes anti insectes, les différentes huiles essentielles qui sont diffusées dans la maison (on se trouve parfois face à des complexes très irritants pour les poumons d’un chat), mais aussi les produits de lavage pour le sol, l’assouplissant utilisé pour la machine à laver etc. De fait, nous recommandons largement l’utilisation de produits d’hygiène 100% naturels, et bien entendu non testés sur les animaux.

Le plus couramment, il est à noter que le chat qui souffre d’asthme est allergique aux pollens, et/ou de pollution atmosphérique. Ce n’est pas systématique mais de plus en plus fréquent.

De plus, on sait que le stress, chez le chat, peut le pousser à déclarer une crise asthmatique aiguë ou bien d’autres symptômes respiratoires par anxiété.

L’asthme chez le chat : quelles médecines naturelles ?

Asthme du chat et aromathérapie : huiles essentielles

En cas de crise d’asthme aigüe du chat, il faut aller chez le vétérinaire et qu’il soit traité avec des médicaments d’urgence. Ensuite, les huiles essentielles peuvent intervenir, pour accompagner le chat tout au long de sa vie, de manière à améliorer son terrain prédisposé aux allergies. Des principes de précaution simples d’hygiène entrent déjà en considération comme on l’a vu précédemment. Avec la naturopathie, l’humain responsable de ce chat effectue la recherche des tous les allergènes potentiels puis procède à leur éviction, histoire de faire gagner un temps précieux au chat asthmatique.

Quand le chat qui souffre d’asthme est déjà âgé, ou au contraire très jeune, on évitera absolument la diffusion de certaines huiles essentielles dans la maison. Par contre il est possible de lui en faire bénéficier sous une autre forme, très efficace, notamment le cataplasme à l’argile verte. Il faut savoir aussi que l’asthme chez le chat est souvent lié à une prise trop régulière de cortisone.

Asthme chez le chat et homéopathie traditionnelle

Parallèlement, l’asthme chez le chat peut être aussi accompagné en homéopathie, pour remodeler le terrain allergique. Il existe une bonne dizaine de remèdes en homéopathie très efficaces sur le long terme face à l’asthme chez le chat. Le tout est de savoir sélectionner les remèdes d’homéopathie pour chat les plus favorables. Une fois le premier mois passé, il est indispensable de revoir l’alimentation du chat. Puis, le chat doit être suivi de manière régulière afin de vérifier si ses remèdes sont toujours adaptés car l’asthme est une maladie qui peut évoluer, surtout si le chat reçoit des vaccins entre temps.

Asthme chez le chat et isothérapie

L’isothérapie dans l’asthme chez le chat est la thérapeutique principale de base dans le projet de désensibilisation naturelle. Pour cela, il faut que le maître sache identifier précisément les allergènes qui conduisent à ses réactions allergiques respiratoires. Là, l’isothérapie, cette médecine de l’identique, sélectionnera alors les souches mêmes de ces allergènes, sous une forme homéopathique (granules, doses, gouttes …) et l’allergie de votre compagnon félin pourra se juguler de semaine en semaine. L’isothérapie permet, dans l’asthme chez le chat, une désensibilisation entièrement naturelle, sans aucun effet secondaire ni risque d’accoutumance. En quelques mois, le système immunitaire a appris à reconnaître les substances qui, avant, le plaçaient en état d’hyper- réactivité. Ainsi, l’immunité les aura « mémorisées » grâce à l’isothérapie, et le chat pourrait envisager une guérison réelle si « son humain » est scrupuleux, patient et capable de s’investir sur plusieurs mois.