L’otite chez le chien est un problème assez fréquent, surtout chez certaines races (par exemple le cocker ou le basset) qui sont plus exposées que d’autres en raison de la forme des oreilles, qui sont longues et tombantes ou qui ont beaucoup de poils à l’intérieur du pavillon, ce qui facilite le transport de matières étrangères (comme dans le cas du caniche).

Il est à noter que lorsqu’on parle d’otite chez le chien, on fait référence à diverses formes d’inflammation (qui peuvent aussi être compliquées par des infections) de certaines parties des oreilles de l’animal.

Dans cet article nous traiterons en détail comment identifier, prévenir et traiter l’otite pour un chien.

Symptômes et signes d’otite chez le chien

symptomes Otite chez le chien

Il n’est pas difficile de remarquer les signes et les symptômes de l’otite chez votre chien : il se gratte les oreilles exceptionnellement fréquemment (surtout derrière la ligne des cheveux) ou marche avec la tête fortement penchée sur le côté.

Parfois, une otite peut être facilement détectée en regardant l’extérieur de l’oreille qui est rouge et enflammé. En présence d’une infection concomitante, une matière brun foncé peut apparaître ou une odeur désagréable peut être détectée. Parfois, lorsque la simple action de la patte ne suffit pas à soulager la démangeaison, le chien se jette par terre en frottant son oreille contre le sol.

signe d'une otite chez le chien oreille intérieure

Les causes de l’apparition d’une otite pour un chien

L’otite peut être causée par :

  • une exposition excessive à la poussière ou à l’eau,
  • l’introduction de corps étrangers (parties de plantes ou de graines)
  • la contamination de micro-organismes pouvant causer des infections (comme les moisissures et les bactéries). La présence de cérumen, ou sa production excessive, peut également dégénérer en otite.

Il faut également garder à l’esprit que chez certaines races de chiens, le conduit auditif est très profond et, par conséquent, pour se rendre compte de l’état réel de l’oreille, il ne suffit pas d’examiner uniquement la partie visible, c’est-à-dire le pavillon de l’oreille externe, en tournant simplement l’oreille de la partie sans poil. De plus, comme la forme de l’oreille chez le chien est différente de celle de l’homme, il peut être dangereux d’introduire le coton-tige classique au-delà de la partie visible.

Pour ces raisons, il est indispensable que l’analyse de l’état interne de l’oreille soit laissée au vétérinaire, auquel vous vous adressez dès que vous avez constaté les premiers signes d’inflammation de la partie externe.

Malgré la complication possible de l’infection, la fièvre est rare, notamment parce que les manifestations cliniques de la maladie sont si évidentes qu’une action précoce est généralement prise avant que l’otite ne dégénère en un tableau clinique grave.

Types d’otites

Comme chez l’homme, les otites chez le chien sont classées en trois formes distinctes : l’otite externe, l’otite moyenne et l’otite interne, selon la partie de l’oreille qu’elles touchent (externe, moyenne ou interne).

Comme les oreilles externes et moyennes sont plus susceptibles de transporter le son, une infection de l’oreille dans ces parties peut entraîner une perte auditive chez votre chien.

L’oreille interne, en revanche, n’est pas seulement responsable de la transmission des sons, mais aussi de l’équilibre, et c’est la raison pour laquelle les maladies de l’oreille interne entraînent également une perte d’équilibre et une altération de la perception spatiale.

Dans les cas les plus graves, le chien a des difficultés à marcher droit et se cogne souvent la tête. Ces symptômes sont très fréquents lorsqu’un corps étranger est introduit dans l’oreille.

L’otite négligée peut dégénérer en infection de l’oreille interne, entraînant une méningite, une affection grave.

Le traitement d’une otite pour le chien

Heureusement, l’otite chez le chien est une affection qui peut être soignée facilement, mais les premiers symptômes ne doivent pas être négligés et le traitement est d’autant plus efficace qu’il est rapide.

En cas de simple inflammation, vous pouvez utiliser des produits (lotion ou gouttes) pour nettoyer l’oreille externe à l’aide d’un mouchoir ou d’un coton-tige, en prenant toujours soin de ne pas aller trop loin à l’intérieur, mais seulement à l’extérieur. Ces produits peuvent être à base d’acide acétylsalicylique ou de cortisone.

Si votre vétérinaire confirme la présence d’une infection, vous intervenez avec l’administration concomitante d’antibiotique et de cortisone, toujours sous forme de gouttes (dans lesquelles les deux principes actifs sont présents simultanément) à insérer dans l’oreille.

Le mode d’administration est fondamental pour éradiquer l’otite : il faut veiller à administrer les gouttes pendant un certain nombre de jours consécutifs (éventuellement toujours à la même heure, généralement une fois par jour) car dans les traitements antibiotiques, il est essentiel de ne pas arrêter le traitement trop tôt et de l’administrer de façon continue pour s’assurer que l’infection a été éradiquée et ne pas provoquer d’éventuelles résistances.

Si l’antibiothérapie semble n’avoir aucun effet, vous devez consulter à nouveau votre vétérinaire pour trouver l’antibiotique le plus efficace, dont le choix peut varier en fonction du micro-organisme responsable de l’infection.

Lors de l’application des gouttes, il faut veiller à ce que la préparation atteigne la partie profonde de l’oreille : il faut donc tenir l’oreille verticalement pour que, profitant de la force de gravité, le liquide tombe à l’intérieur et glisse vers le bas : comme nous l’avons déjà dit, le conduit auditif peut avoir une longueur de quelques centimètres et si l’antibiotique s’arrête à mi-chemin dans l’oreille, l’infection risque de ne pas être complètement éradiquée, ce qui pourrait entraîner des rechutes.

Remèdes et traitements naturels

Compte tenu de la gravité potentielle du problème, il est conseillé de n’utiliser les remèdes naturels que dans des cas mineurs ; il faut noter que les différents remèdes naturels ont une action ciblée sur un certain type d’otite, par exemple, les préparations à base de souci ont une action antiseptique et anti-inflammatoire douce, tandis que l’huile de mélaleuque est recommandée pour les mycoses, c’est-à-dire lorsque l’agent responsable est un champignon.

L’otite chez le chien : comment la prévenir

prévention de l'otite chez le chien

Pour prévenir l’otite ou éviter les rechutes, il est essentiel de porter une attention particulière à votre chien afin d’identifier immédiatement les premiers signes et symptômes. De plus, surtout dans les races prédisposées, un nettoyage quotidien de l’oreille externe doit être effectué afin que les oreilles soient toujours sèches et propres.

Le nettoyage peut être effectué à l’aide d’une gaze sèche ou d’un coton-tige, ou bien être trempé dans des solutions de nettoyage vendues en pharmacie ou dans les magasins pour chiens.

Il est toujours conseillé, lors du lavage de votre chien, de sécher d’abord les oreilles, en évitant autant que possible que l’eau ne pénètre ou qu’elles restent humides pendant longtemps. Même en cas de production excessive de cire, le lavage et le séchage sont indispensables (ce dernier ne peut être effectué qu’avec un matériau très absorbant).

Si vous avez une race prédisposée aux otites, il est essentiel d’habituer votre chien à nettoyer ses oreilles (sans attendre qu’il tombe malade !) surtout en commençant comme chiot et en l’habituant petit à petit comme si c’était un jeu. De cette façon, il sera moins critique de traiter l’otite si elle survient.

Enfin, n’oubliez jamais, après avoir nettoyé les oreilles, de récompenser immédiatement votre chiot par un grignotage ou un mot doux (par exemple, en utilisant toujours la même phrase ou un rituel de nettoyage fixe).

L’otite chez le chien : questions les plus courantes (FAQ)

Quelles sont les races les plus prédisposées ?

Ce sont ceux (comme le cocker ou le basset) qui sont plus exposés que les autres à cause de la forme des oreilles, longues et tombantes ou avec beaucoup de poils à l’intérieur du pavillon, une condition qui facilite le transport de matières étrangères (comme dans le cas du caniche).

Quels sont les symptômes ?

Les signes les plus évidents de l’otite sont faciles à reconnaître : le chien se gratte les oreilles (surtout derrière la ligne des cheveux) avec une fréquence inhabituelle ou marche en penchant la tête sur le côté.

Comment la traiter ?

En cas d’inflammations simples, vous pouvez intervenir avec des produits (à base d’acide acétylsalicylique ou de cortisone) pour nettoyer l’oreille externe. Si votre vétérinaire confirme la présence d’une infection, vous pouvez intervenir avec l’administration concomitante d’antibiotique et de cortisone ; le traitement doit se poursuivre pendant plusieurs jours même après la disparition des signes typiques.

Peut-on la prévenir ?

Il est essentiel de nettoyer quotidiennement les oreillettes externes (avec une gaze sèche ou un coton-tige ou un coton-tige imbibé de solutions nettoyantes vendues en pharmacie ou dans les magasins pour chiens) afin qu’elles soient toujours sèches et propres, en évitant autant que possible l’eau ou qu’elles restent longtemps humides.